Sélectionner une page

Chers parents et chers éducateurs,
je vous souhaite de belles fêtes de fin d’année et j’espère vous donner envie de jouer avec les enfants et les adolescents.

En famille, entre amis, en classe, en prison, dans les EPAHD, les bars et les restaurants nous jouons pour le plaisir, la convivialité, la détente, le lien…
Et aussi pour découvrir l’autre autrement.

Alors prenons le temps d’observer les enfants et les adolescents lorsqu’ils jouent et nous en apprendrons beaucoup sur eux !

Jouer sert à apprendre

Mais quoi ?

  • Que l’autre existe
  • Que l’on a des émotions et l’autre aussi
  • Que l’on doit partager la parole
  • A respecter les règles
  • A écouter
  • A expliquer
  • A comprendre
  • A faire preuve de créativité
  • A parler aux autres
  • A gagner
  • A perdre
  • A rester motivé
  • A faire équipe
  • A coopérer
  • A se concentrer
  • A être ensemble

Jouer en famille ou en classe est un temps de qualité parfois rare.
C’est un temps pour ETRE plutôt que pour FAIRE et c’est un temps précieux.
Ce peut aussi être l’occasion d’inverser les rôles, d’apaiser les tensions et de libérer la parole et les rires.

« l’enchantement d’être ENSEMBLE dans une famille JOYEUSE où l’on a du plaisir à collaborer »

Thomas d’Ansembourg

Oui mais si on n’aime pas jouer ?!

  • Pas toujours facile de trouver du temps disponible.
  • Cela demande parfois un effort quand on est fatigué.
  • Et on n’est pas obligé d’aimer les jeux.

Alors l’essentiel c’est de se faire plaisir, de choisir un jeu (ballons, jeux de construction, cabanes, loisirs créatifs, expériences scientifiques, bricolage, déguisements, …) qui nous plaît à nous aussi, de fixer un temps de jeu et d’être vraiment présent à l’enfant ou à l’adolescent.

Vous pouvez créer une BOITE A JEUX : vous écrivez vos jeux préférés sur un papier et l’enfant ou l’adolescent tire un jeu au sort lorsque vous avez décidé de jouer ensemble.

Et quel jeu de société ?

A quoi ça sert de jouer ?
Christelle Mancuso

En fonction de vos préférences, parce que tout le monde doit y trouver du plaisir :

  • des jeux de coopération comme The Mind, le jeu du loup ou le Verger nous permettent d’expérimenter ensemble ce que signifie vraiment être uni, prendre sa place, écouter les autres et coopérer.
  • des jeux de communication par l’image comme Compatibility pour encourager l’expression, l’association d’idées et pour être plus inspiré et plus confiant.
  • des jeux sur les émotions et l’empathie comme Feelings ou le Monstre des couleurs afin de développer nos compétences psychosociales et l’intelligence intrapersonnelle au travers de la connaissance de soi et en exerçant ses compétences d’empathie.
    Utilisés dans les ateliers émotions, ces jeux permettent aussi de libérer la parole.

Tous ces jeux sont au service du lien, il est toujours étonnant de l’observer dans une classe ou dans une famille.
Y compris au service du lien intergénérationnel !

Et les jeux « pour de faux » ou jeux libres ?

Le jeu est source de plaisir pour l’enfant d’autant plus s’il s’agit d’une activité libre et spontanée.
Elle lui permet d’expérimenter par lui-même, de progresser et d’apprendre en AUTONOMIE.
C’est une activité fictive qui lui permet de faire semblant, de rejouer les liens au monde qui l’entoure, de développer son langage, d’extérioriser ses ÉMOTIONS.
A ce moment-là, il n’y a pas d’obligation de résultat et l’enfant se sent LIBRE.

Lorsque nous écoutons les enfants jouer à l’école ou à papa maman, nous en apprenons beaucoup sur nous-mêmes !

Le jeu est le travail de l’enfant

Maria Montessori

Avec les plus petits, vous pouvez jouer à « ECOUTE JEU« 

Les règles à expliquer à votre enfant :

  • C’est un nouveau jeu
  • On fait ce que tu veux
  • C’est toi qui décides !
  • La seule règle : je mets un chrono et quand ça sonne on devra s’arrêter
  • C’est parti !

Lâcher vous ! N’ayez pas peur du ridicule, faites-en des tonnes…
Soyez prêts à vous transformer en monstre, en petit écolier, en princesse, en animal blessé ou en super méchant.
Les enfants adorent et les parents aussi.
C’est souvent l’occasion d’aborder avec humour une inquiétude ou un conflit.

Enfin, le jeu c’est la liberté de tricher, de changer les règles, de remettre les normes en question, d’inverser les rôles…
Le dénouement est toujours incertain, il faut s’adapter, accepter la frustration…
Bref, il s’agit bien d’un formidable outil au service du mieux-être et mieux vivre ensemble en famille ou à l’école.

Alors je vous souhaite de nombreux moments de jeux et n’hésitez pas à nous partager vos préférés en commentaires.